Baptiste arrivé au monument canadien du Pacific Crest Trail

Ceci est mon dernier article

Je n'ai pas vraiment expliqué ma dernière journée sur le trail, ainsi que les jours qui ont suivi. Je me suis levé vers 8h et j'ai commencé à marcher dans mes chaussures. Au bout de quelques minutes à peine, je suis passé à mes tongs. La douleur était insupportable; j'avais besoin de laisser mon pied à plat. Je marche très lentement, ne voyant qu'à peine le paysage défiler. C'était une journée ensoleillée dans un environnement magnifique plein de couleurs d'automne. Après 2h de marche, je voyais toujours mon point de départ... Koba et Z me dépasseront avant l'heure du midi et proposeront de porter tout le matos dont je n'ai pas besoin pour passer une nuit dans la foret. En effet, arrivés à la frontière, nous n'avons que deux options :
1) Faire demi-tour et marcher 30 miles pour rejoindre la route la plus proche
2) Franchir la frontière et faire 9 miles pour arriver à la route la plus proche
Z devait revenir sur ses pas car il n'a pas d'autorisation d'entrer au Canada; il aurait donc pu me ramener mon matériel en me croisant sur son retour. Je leur ai donné tout ce dont je n'avais pas besoin diminuant considérablement le poids de mon sac. Puis j'ai continué ma route. La douleur était de pire en pire. J'ai essayé de trouver des branches pour m'en servir comme des béquilles mais je n'en ai jamais trouvé de correcte. Je boitais de plus en plus et malgré 3 pilules de codéine je ressentais toujours autant de douleur au pied droit. Il m'aura fallu 8h pour faire les 14 derniers miles me séparant de la frontière. Tout le monde me dépassait !
Alors qu'il ne me restait que 5 miles, j'ai demandé à Orach, lorsqu'il me dépassait, s'il pouvait me donner du PQ et du duc-tape afin que j'ai de quoi faire des petits coussins pour mes genoux dans l'optique où mon muscle claquait, pour que je puisse marcher à 4 pattes sur les derniers miles. Je n'avais aucunement l'intention d'abandonner, pas si proche de la fin.
Et je l'ai fait. Il m'aura fallu 156 jours pour traverser les US. Je ne vais pas le cacher, j'ai pris mon temps. Et je ne regrette pas d'avoir fait des détours, pris des journées de repos et fait de petites journées ! J'ai en effet profité autant que je le pouvais de cette aventure, malgré toutes les souffrances et problèmes que j'ai pu avoir.
Arrivé au monument, j'étais plus soulagé qu'heureux. Soulagé de l'avoir fait, de l'avoir réussi. En effet, depuis le jour 1, je me demandais si j'allais être capable de le faire, et au plus j'avançais, au plus je me disais que ne pas y arriver serait vraiment décevant.
J'ai traversé des déserts, des forêts, des montagnes, ressenti la fatigue, la faim, la soif, rencontré des personnes que je n'oublierais jamais...
C'est une expérience inoubliable, et je suis fier de le dire : je l'ai fait...

Lire plus

Newsletter

Pour être au courant de mes prochaines aventures, inscrivez-vous à ma newsletter ! Vous recevrez un à deux mails par mois.

Votre adresse a bien été ajoutée